Les stages pour survivalistes : l’avenir des voyages pour 2021 ?

Si à peine un siècle en arrière, confort et luxe étaient les quêtes principales de la majorité des gens, une transition s’est opérée avec le camping. Et justement, le camping est de plus en plus poussé à l’extrême. Avec un engouement croissant en France, les séjours pour survivalistes accompagnés de formations sur l’autonome en pleine nature promettent de belles sensations.

 

Du confort au survivalisme : une révolution en cours ?

Qu’on soit amateur d’adrénaline, d’insolite ou de proximité avec la nature sauvage, l’idée d’un stage survivaliste fait rêver. L’environnementalisme prend de plus en plus d’ampleur et les amoureux de nature se multiplient, face à la destruction des milieux naturels partout dans le monde. Plus qu’un simple contact, davantage de personnes souhaitent établir un lien fort avec la nature. Pour cela, il faut  pouvoir y survivre. Pour vivre comme un trappeur, il faut se soumettre à un entraînement rigoureux et avoir un bon équipement qu’on peut trouver sur des sites comme survimax.fr .

Pourquoi pratiquer du survivalisme ?

Les raisons qui poussent à  faire un stage survivaliste varient d’une personne à une autre :

  • affronter les pires situations ou cataclysmes de la vie sans paniquer et y survivre
  • participer à des jeux de téléréalité en nature
  • se préparer à un séjour dans un lieu reculé et sauvage avec un outillage rudimentaire (couteau de survie, pince multifonctions, robustes et à moindre coût…)

Certaines personnes font ce type de stage pour savoir vivre et survivre dans la nature de manière autonome. D’autres veulent plutôt se couper du monde moderne et redécouvrir leurs aptitudes naturelles ainsi que les besoins et valeurs essentiels à la vie humaine. En famille, entre amis ou collègues, ces aventures soudent les liens, et bootent l’estime personnelle et réciproque entre les participants.

Comment réussir un stage survivaliste ?

Pendant un stage survivaliste, les participants apprennent à survivre en milieu hostile. Ils apprennent à endurer des drames (crashs, guerre civile, survie dans les bois, en milieu sauvage, incendies)… Ils sont capables à terme et selon le niveau, de faire du feu sans matériel moderne, et l’entretenir, trouver de l’eau et la rendre potable, se protéger à l’aide de branches constituées en abri. Pour se nourrir, la connaissance des plants comestibles, la chasse ou la pêche en pleine nature, en forêt ou en montagne, toutes saisons confondues, devient indispensable. Il faut alors se dépasser, gérer ses ressources et aussi s’orienter en observant la nature. Un outil recommandé est bien évidemment le couteau de survie. Il peut aussi s’agir d’un stylo tactique. Il est toutefois recommandé de disposer d’outils polyvalents.